CyberAvia fondée et développée par Fabrice ERDINGER.
Vous débutez
Envie de nous rejoindre ? Un peu perdu ? Nous avons un espace débutant spécialement prévu afin de t'aider dans tes premiers pas.
Accueil débutant


Formations
Aucune formation
 

Vols réseaux

Réservations
<< Novembre 2022 >>
LuMaMeJeVeSaDi
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

Missions en ligne
<< Novembre 2022 >>
LuMaMeJeVeSaDi
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30


JFD Renonce !

JFD renonçait !!! Son message "je mets les pouces ! " fit trembler sur ses bases la Liste CyberAvia : acte dramatique, fin tragique ou renoncement sublime, quoi qu'il en soit la légende était née !

Ralbol !

Après 3 ou 4 tentatives infructueuses, je renonce à poser mes roues sur le mythique terrain de Bradshaw, et je rentre piteusement à Honolulu pour me faire remonter les bretelles par le hub captain Bravo Mike :-(

Faut dire que c'est plutôt mission impossible, ce vol, avec les MTO des vols réguliers : je ne sais pas comment Dominique Vialet s'est débrouillé !

En MTO 1, la couche est juste au niveau du terrain (6200 ft), on ne voit rien, et on finit par perforer le zouli volcan juste devant. En MTO3, çà devrait mieux se passer, car il y a une couche vers 4000 ft, et une autre vers 15000, mais FS se débrouille pour simuler la couche même à 6000 ft si le sol est proche, et on ne voit toujours rien ! Résultat, on descend, on descend, et le crash vous saute à la face alors qu'on se croit encore à 600 ft du sol :-(

De plus, un iceberg a du s'échouer sur la plage, car lors de ma dernière tentative, la température au sol était de 29 ° F, soit moins de 0 ° C :-) Obligé de mettre la réchauffe Pitot à Hawaii, c'est un comble !

A vous revoir sous des cieux plus cléments...

Coïncidence : savez vous qui eut le privilège de présenter à la correction le 10.000ème rapport de vol Cyberavia, s'assurant célébrité éternelle et tournée générale aux soiffards ? JFD, pour son vol retour de Hilo à Honolulu ! Décidément, quand le destin vous marque de son sceau...

Honteux, le barde chercha cependant à rattraper les désastreux effets de son inconséquente publicité, sous un titre à la limite de l'inconvenant :

Je mets les pouces ! où ça ?

Mon cher JFD,

Ayant lu tes soucis existentiels, je t'écris ce petit mot rapide avant de quitter temporairement Hawaii. N'écoute pas les rumeurs à la mode ici, à Honolulu, qui rapprochent mon départ du fait que Joe, le barman de l'hôtel Hilton, a fait ses comptes, et que mon ardoise atteindrait le montant de la dette d'un pays du tiers monde normalement constitué... Les gens exagèrent toujours, et de toute façon, si les cocktails du Hilton sont toujours délicieux, ils sont aussi bien trop onéreux ! Je vais découvrir d'autres cieux américains, plus à l'Est, porter la gloire de Cyberavia vers des populations moins gourmandes, peut-être, mais ouvertes au crédit (j'espère ?).

Donc tu disais, dans une de tes dernières missives : "Après 3 ou 4 tentatives infructueuses, je renonce à poser mes roues sur le mythique terrain de Bradshaw...". Ce renoncement ne te ressemble pas ! si tu as résisté à mes critiques lors de la désormais mythique "opération missions", comment peux-tu abandonner un vol après seulement quelques crash ?

Mais poursuivons. Tu disais également : " Faut dire que c'est plutôt mission impossible, ce vol, avec les MTO des vols réguliers, je ne sais pas comment Dominique Vialet s'est débrouillé !"

Je l'ai déjà expliqué sur la liste, mais ta distraction légendaire te l'aura fait oublier... A propos, Pamela te fait dire qu'elle tient toujours à ta disposition les accessoires heu, disons, intimes... que tu as laissés chez elle...

Bref ! "comment je me débrouille" :

1) - Utiliser le bon avion tu avouais récemment : "1ère boulette : je suis en SAAB 340" c'est vraiment chercher les ennuis ! la ligne est faite pour les avions de type DHC6 (c'est celui que j'utilise, le DHC6 Cyberavia). J'oserais une analogie : on n'emploie pas une voiture de sport sans freins où l'on devrait utiliser un 4x4...

2) - Etudier le terrain tu disais : "cette s...ie de NDB n'est pas vraiment dans l'axe de la piste" bien sûr que non ! il faut donc en tenir compte et corriger vers la gauche, sans excès puisque c'est là qu'est le volcan (!!!).

3) - Eviter la montagne je cite : "exercice de tunnelier bi turbo prop à train rétractable". A ce propos, les autorités de Bradshaw envisagent de te faire payer les travaux de réfection de la montagne (ce n'est pas prudent, de creuser des tunnels dans le flanc d'un volcan encore en activité...). Méfie-toi !
 
4) - Descendre en douceur si j'en juge par "Le" 10000ème rapport de vol : "Taux de montée ou descente de l'appareil supérieur à 25°, Décrochage durant le vol" tu confonds pente de descente et piqué, atterrissage et plongeon moteurs coupés ! Heureusement, la section "voltige" de Cyberavia demeure, tu devrais te renseigner...
 
5) - ne pas craindre les nuages si tu le permets, je me cite : "un truc curieux, ce sont les nuages à Bill : ils doivent m'aimer, ceux-là, parce qu'ils montent avec moi le long de la montagne". Bon, là, c'est en montant. Mais l'inverse est vrai : si tu descends, ils te précèdent et descendent eux aussi !
 
Evidemment, jusqu'à ce que tu atteignes leur altitude "réelle". Là, tu entres dans les nuages, mais tu le dis toi-même : "En MTO3 ... il y a une couche vers 4000 ft". Bradshaw est à 6000 ft.
 
Donc il te suffit de descendre (LENTEMENT !!! disons 500 ft/mn grand maxi), et comme les nuages te précèdent, d'un coup c'est le grand beau ! En général, tu es à 200-300ft au dessus du sol... faut seulement réagir vite !
 
Autre astuce : la tour de l'aéroport est vaguement visible, comme un point de couleur qui clignote à la limite de la couche nuageuse, et seulement à faible distance (2-3 NM). Ca permet d'anticiper sur l'alignement, un peu.

6) - Avoir de bonnes relations avec Joe (le barman du Hilton, bien sûr !)

Rien de tel que son "Texaco thunderbird special" pour voir la vie sous des couleurs plus roses !

Et comme tu es dans le brouillard dès la première gorgée, tu n'as plus peur des nuages ! J'en avais toujours une thermos pleine avec moi ! sniff ! il va me manquer, le salaud !

Mais ça explique aussi pourquoi je dois partir...

Donc "A vous revoir sous des cieux plus cléments...." dès que j'aurais posé "mon" 747 à San Francisco, je pars écumer les vols de type 1 du coin. Comme d'habitude, mon point d'ancrage sera ce bar de la 8ème où ils font un Punch fabuleux :

tu sais où me trouver !

Peine perdue, JFD renonçait, et sa réponse fut claire :

Merci très cher ami, de tes mots de réconfort !

DV> 1) - Utiliser le bon avion Ben oui, mais je n'y ai pas pensé en partant de Honolulu, et Honolulu Hilo en DHC6, tu as intérêt à emporter de la lecture et ton ouvrage de crochet pour passer le temps...

DV> 2) - Etudier le terrain DV> corriger vers la gauche, sans excès puisque c'est là qu'est le volcan (!!!).

Je suis un garçon excessif, on ne se refait pas....

DV> (des tunnels) dans le flanc d'un volcan encore en activité... Méfies-toi !

Ah, il est en service ? j'avais pas remarqué, avec la crasse de la MTO 3, j'aurais pu traverser le cratère, je ne l'aurais même pas vu.

DV> 4) - descendre en douceur

Je précise : le SAAB 340 monte très mal à 1900 ft/min et 70 % N1, rien dans le ventre, ce tagazou. J'avais réglé le PA pour la montée et négligé, je l'avoue, d'ajuster la puissance. Je suis allé regarder je ne sais plus quoi, et quand je suis revenu 2 minutes plus tard, le machin était à 90 kt, trim à fond et cabré à 40 °. C'était mon vol de retour de Hilo vers Honolulu, la queue basse :-)

DV> 5) - ne pas craindre les nuages

Bon, on n'a pas les même valeurs, chez moi, les nuages collent au sol jusqu'au crash :-(. Et ce crash survient alors que je me considère encore comme nettement en l'air. Va comprendre...

DV> Autre astuce : la tour de l'aéroport est vaguement...

Je vais demander au hub captain de construire un truc sérieux à la place, genre Tour Eiffel ou World Trade Center, çà dépassera peut-être de la crasse ?

DV> 6) - avoir de bonnes relations avec Joe

Je vole au Fernet Branca Picon, avec des olives, c'est peut-être pour ça...

DV> mon point d'ancrage sera ce bar de la 8ème...

Ils ont du Fernet Branca ? Ou à la rigueur un Garlaban ? ou même une vodka ouzbek marinée à la fiente de yak ? Enfin des boissons d'homme, quoi !

Et la Liste se calma, mais n'oublia pas ! Il y eut quelques allusions de ci de là, quelques vertes (re)mises au point en réponse, Bradshaw restait une légende. Parfois un nouveau demandait une explication, histoire de se faire envoyer gentiment sur les roses, mais, en somme, le temps passait encore, sans solution...

C'est alors qu'OG, pourtant un ancien et un habitué, lui ! Lança dans un message resté du coup célèbre, qui ne passa à la postérité que pour une ligne, cette seule ligne :

CE QUE DIT OG

 



Connexion

Votre espace
Votre espace pilote est actuellement accessible uniquement via SmartCIP.


Accès direct



Teamspeak
CyberAvia 
Le BAR 
Vols en cours 
Les piliers de l'après-midi 
 
FCY-DED (Didier) 
 
FCY-BGD MICHEL 
 
FCY-PBX (philippe) 
 
FCY-DCK (Daniel 
 
FCY-JCP Lathuil 
Les potes ... à sabots 
 
FCY-ACI (Alain) 

Astuce du moment
Si vous effectuez un vol régulier avec FS et l'ATR-42 de Flight One, n'utilisez pas la situation de départ CYBERVOL, chargez votre l'ATR manuellement et positionnez le sur le bon aéroport avec le plein nécessaire. Sinon vous aurez des difficultés pour démarrer les moteurs.